Le cadre d’apprentissage

Définir le cadre d’apprentissage des STIM au Canada

Mondialisation, changements climatiques, accessibilité inégalée à l’information, développement fulgurant des technologies informatiques… Pour faire face aux changements de paradigmes fondamentaux que nous connaissons aujourd’hui, nous devons faire de l’apprentissage des STIM une priorité. L’enseignement des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques permettra d’outiller les jeunes Canadiens afin de relever les nouveaux défis posés par une société plus que jamais centrée sur la connaissance et les technologies. Or, cette idée ne s’applique pas uniquement aux élèves qui se destinent à une carrière scientifique. Loin d’être cloisonné, l’apprentissage des STIM sert toutes les disciplines en favorisant le développement de compétences essentielles dans tous les domaines économiques et sociaux, notamment l’esprit critique et la capacité de résolution de problèmes.

Notre cadre provisoire a été développé en ciblant les idées faisant consensus, les thèmes communs et les appels à l’action partagés tirés de plus d’une vingtaine d’études et de rapports récents provenant des quatre coins du globe. Il traite de questions entourant le contenu enseigné aux élèves et de l’importance grandissante de maîtriser des compétences liées à la pensée critique et à la résolution de problèmes. Il traite aussi de la façon d’apprendre des élèves, qui comprend le rôle de l’apprentissage pratique. Le cadre provisoire se penche sur notre façon d’enseigner, y compris les formations, le perfectionnement professionnel et le soutien dont ont besoin les enseignants. Il prend en compte l’incidence de l’environnement – comme la conception des écoles et des salles de classe – ainsi que la façon d’intégrer les nouvelles technologies aux méthodes d’enseignement et d’apprentissage. Il traite aussi du rôle que peuvent jouer les partenaires externes du milieu scolaire – groupes communautaires et employeurs – dans l’amélioration des occasions d’apprentissage des STIM. Ces perspectives communes forment la pierre d’assise d’un milieu orienté vers l’avenir. Bien que son objectif principal demeure l’apprentissage des STIM, ce cadre s’avère pertinent pour toutes les matières et tous les ordres d’enseignement.

Le cadre d’apprentissage proposé est un projet évolutif, qui doit être façonné par la perspective d’un maximum d’intervenants : les gens qui se trouvent au cœur du milieu scolaire (élèves, enseignants et administrateurs) et les citoyens qui s’y intéressent (parents, organismes communautaires, groupes de réflexion, employeurs). Il est important de noter que le cadre dresse l’inventaire des domaines d’action potentiels selon une série d’exemples provenant de l’étranger. Ainsi, ces idées et initiatives venues d’ailleurs pourraient se révéler peu adaptées à la réalité des provinces et des territoires canadiens : certains domaines d’action, où nous agissons déjà comme chef de file mondial, seront des évidences, tandis que d’autres pourraient s’avérer être des priorités urgentes nécessitant toute notre attention et notre énergie. Analysé sous le prisme de la réalité canadienne, ce cadre pourrait sembler incomplet et faire abstraction de nos défis les plus pressants. Voilà ce que nous cherchons à mettre en lumière par la grande conversation nationale que nous nous apprêtons à lancer.

En partageant ce cadre d’apprentissage à l’échelle nationale, tous les Canadiens pourront en apprendre davantage sur l’état actuel de l’enseignement des STIM au pays et contribuer à établir sa direction future. Ensemble, nous pourrons déceler les terrains d’entente et les divergences d’opinions, et obtenir une meilleure compréhension des perspectives de l’ensemble des intervenants. Nous pourrons déterminer les objectifs que nous partageons, les résultats auxquels nous aspirons et les obstacles potentiels qui se dresseront sur notre route. Nous pourrons mobiliser notre énergie pour soutenir une vision commune de l’enseignement des STIM, qui inspirera les élèves, les éducateurs et tous ceux qui les soutiennent.

Cependant, cette vision partagée ne doit pas ouvrir la voie à un plan opérationnel unique pouvant être appliqué à tous les contextes. La force du Canada en matière d’enseignement réside dans sa diversité, et la réceptivité des milieux scolaires provinciaux et territoriaux aux besoins particuliers de chaque région, de chaque communauté et de chaque groupe linguistique. Cette ouverture est essentielle. Une conversation pancanadienne sur le futur de l’éducation ne doit pas avoir comme finalité une stratégie uniforme et homogène. Une vision partagée peut donner lieu à un éventail de stratégies et d’actions permettant de répondre à une variété de besoins et de situations.

Quelles sont les prochaines étapes?

Le cadre préliminaire d’apprentissage des STIM au Canada n’est qu’un point de départ. S’en suivra une grande conversation nationale visant à obtenir un maximum de participation et à alimenter le débat. Certains éléments du cadre seront validés, d’autres seront révisés, plusieurs seront remplacés. De nouvelles versions verront le jour, et seront soumises au même processus d’évaluation.

Plus les perspectives offertes seront nombreuses, et plus le cadre d’apprentissage sera complet et adapté. Ainsi, Les élèves de l’ensemble du pays doivent discuter sur la pertinence de leur expérience scolaire, ainsi que sur leurs espoirs et leurs craintes par rapport au futur. Les enseignants, qui savent mieux que quiconque pourquoi certaines réformes éducatives réussissent tandis que d’autres échouent, doivent exprimer davantage leurs opinions et leurs idées. Les partenaires du secteur d’affaires, tels que les organismes communautaires et les employeurs, qui jouent un rôle de premier plan dans l’accroissement des occasions d’apprentissage à l’extérieur de la salle de classe, doivent également y contribuer.

Notre objectif est de présenter, à temps pour la tenue de la conférence Canada 2067 à la fin de 2017, un cadre d’apprentissage qui aura été considérablement amélioré au fil des discussions et sera appuyé par une vaste majorité de Canadiens. Si nous atteignons cet objectif, le cadre d’apprentissage pourra orienter, éduquer et même inspirer tous les intervenants qui jouent un rôle dans la préparation des générations futures à la réalité de demain. Il nous permettra également de déterminer les résultats souhaités à long terme, qui serviront d’étalon de mesure des progrès réalisés.

Les actions qui découleront de ce cadre d’apprentissage revu et corrigé seront aussi diverses que les communautés du pays. Cependant, la nécessité de s’adapter à une variété de contextes afin de répondre aux besoins particuliers de chacun ne signifie pas que nous devons travailler en vase clos. Nous pouvons participer à une grande conversation pancanadienne et partager une vision unifiée quant à la direction future de l’enseignement et l’apprentissage des STIM sans perdre de vue les besoins pluriels du milieu de l’éducation. Voilà l’essence même de notre cadre d’apprentissage des STIM au Canada.

1) BBC News, “Heseltine: Industrial Strategy Should Start in Schools,” le 11 octobre 2016 (http://www.bbc.com/news/uk-politics-37619164).
2) Council of Ministers of Education, Canada (CMEC), “How Good Are Canadian 15-Year-Olds at Solving Problems? Further results from PISA 2012,” Assessment Matters No. 6 (2014); http://cmec.ca/Publications/Lists/Publications/Attachments/324/AMatters_No6_EN_Web.pdf.